Faut-il investir dans EOS ? | Jeunes Loups

Faut-il investir dans EOS ?

EOS : Ethereum Killer ?

Après la sortie de Dawn 2.0 il y a 4 mois, EOS.IO sort sa nouvelle version appelée…… Dawn 3.0 !C’est la dernière mise à jour avant la V1 prévue pour Juin 2018.Plus de fonctionnalités que prévu et se veut construire une plateforme performante, flexible et facile à prendre en main pour développer des applications dessus.

Le Saint Graal : La Scalabilité

  • La scalabilité est au coeur des developments Blockchain 3.0
  • Il faut pouvoir répondre à une utilisation massive et c’est ce sur quoi EOS concentre ses efforts. Pour l’instant Dan Larimer explique que les developments ne sont pas finis mais que le code est pensé pour pouvoir améliorer la plateforme facilement avec le temps. L’idée étant d’éviter des hard fork intempestifs qui sont des moments délicats dans les communautés Blockchain.
  • Connecter différentes Blockchain entre elles
  • Permettre la communication entre deux Blockchain est un casse tête chinois qui fait couler beaucoup d’encre en ce moment. Entre les side-chains, Plasma et le Sharding, c’est la course contre la montre pour donner au monde de la Blockchain ce qu’on attend tous ! LA fameuse… scalabilitéEn quelques mots, la communication inter-Blockchain c’est la possibilité d’UNE blockchain de vérifier l’authenticité d’une AUTRE blockchain.En ce qui concerne EOS, ils prétendent qu’ils ont réussi à intégrer ce processus. Sans rentrer dans les détails trop techniques Dan Larimer représente le “validateur” par un “simple” smart-contract. La puissance de cette solution est que le client léger n’a pas besoin de connaître l’intégralité de la Blockchain qu’il valide. Ce qui n’est pas sans rappeler le Proof Of Stake.

Compression des Transactions et des données

En compressant les données l’idée est de permettre de stocker de l’informations plus facilement dans la Blockchain et de permettre un plus grand nombre de transactions par seconde et donc une meilleure scalabilité.

Comparaison avec Ethereum et Bitcoin

Dan Larimer explique que deux Blockchains basée sur EOS pourraient “discuter” entre elles en 3 secondes alors que ça prendrait actuellement 9 minutes sur des Blockchain Ethereum et … 3 heures sur des Blockchain Bitcoin ! La fonctionnalité n’a pas encore été implémenté mais ne requiert pas de hard fork pour l’intégrer au projet.

L’équipe d’EOS doit surement garder ça au chaud pour la sortie de leur V1 en Juin 2018…

La simplicité, la puissance d’EOS ?

Pour faire simple, tout le code important d’EOS été placé dans des smart contracts, ce qui le délie de la Blockchain-coeur en elle-même. Cela permet de mettre à jour le code plus facilement en réduisant les Hard-Forks.

La Blockchain principale – elle – a été réduite à sa plus simple expression ne prenant en compte que le système de permission qui inclut le fait de pouvoir créer des comptes, le droit de déployer des smart contracts et gérer les quotas des ressources.

Tout ce qui concerne le DPoS (Delegated Proof Of Stake) en relation avec le token ou encore le système de vote et le staking est donc décorrélé du coeur de la Blockchain et sera intégré plus tard pour la V1.

Sécurité

A l’heure ou la sécurité informatique est de plus en plus importante (Mark Zuckerberg ne dira pas le contraire en ce moment) EOS mise énormément sur la sécurité des fonds des utilisateurs. En effet, l’utilisateur aura la possibilité de définir un temps minimum – par défaut ou défini par ses soins –  avant que la transaction n’ait lieu. Si par exemple il se rend compte d’un hack, il pourra accéder à son compte et annuler manuellement la transaction avant qu’il ne soit trop tard.

Perte de mot de passe

Grâce à un système de compte “maître/esclave”, EOS veut permettre une meilleure administration des wallets. Que ce soit pour un particulier ou pour une entreprise (une banque ?!). Gardons en tête que les wallets sont les comptes en banques de demain.

EOS ami des développeurs

Dan Larimer a bien compris qu’il faut des applications qui tournent sur sa Blockchain s’il veut que la plateforme EOS soit utilisé par un grand nombre d’utilisateurs. Et pour cela, il faut… des développeurs. L’équipe d’EOS avait pour mission de simplifier l’écriture de Smart Contract. Je cite Dan L. “Un développeur qui sait faire un classe en C++ devrait savoir coder un smart contract”. Il montre d’ailleurs la simplicité d’un “Hello World”.

Dans le futur, ils veulent d’ailleurs implémenter les librairies de C++ pour que la transition soit encore plus simple ! Du tout bon pour une adoption massive !

1000 Transactions par seconde minimum et 6000 TPS au maximum

Si ÇA ce n’est pas une excellente nouvelle, je ne sais pas ce que ce qu’il vous faut !

Bon, on attend de voir ce que ca donne lors de la version 1.0 de juin mais les tests effectués en simulation ont montré que la plateforme pouvait gérer au minimum 1000 transactions par secondes et jusqu’à 6000 TPS.

Et ce n’est pas tout… grâce aux communications inter-blockchain mentionnées plus haut, il pourra y avoir des milliers de chaînes qui discutent entre elles au même moment, ce qui nous permet de supposer un nombre illimité de transactions par seconde !!

Cerise sur le gâteau

Le site internet d’EOS a fait peau neuve et c’est intéressant de voir qu’ils prennent aussi le côté marketing en compte. Avoir le meilleur produit du monde c’est bien, que personne ne le sache, c’est moins bien.

La suite avec EOS 1.0 en Juin 2018

Pour résumer, l’accent a été mis sur la sécurité et la stabilité de la plateforme. Pendant les deux prochains mois, EOS va se concentrer sur le système de vote, le système de staking et finaliser les standards du token EOS.

On attend juin avec impatience et en attendant… suivez nous sur Youtube 🙂